Prochainement

17 novembre 2016
Sciences-Po Rennes, 104 bd de la Duchesse Anne, Rennes, Salle à déterminer

1986-2016 : 30 ans de démocratie régionale, Des régions, pour quoi faire ?

Organisateurs : Tudi Kernalegenn (tudi.kernalegenn@sciencespo-rennes.fr) et Romain Pasquier (romain.pasquier.1@sciencespo-rennes.fr), CRAPE Arènes (UMR 6051)
 
Cette journée d’étude est organisée dans le cadre de la chaire Territoires et mutations de l’action publique : http://www.sciencespo-rennes.fr/fr/chaire-territoires-et-mutations-de-laction-publique.html  

Présentation

En 2016, les Régions démocratiques fêtent leur trentième anniversaire. Un anniversaire marqué par une nouvelle carte régionale, l’élection de nouveaux exécutifs et un transfert de nouvelles compétences. Rien de moins. Dès lors, on peut s’interroger, assiste-t-on à un basculement lent mais inéluctable de notre système territorial ? Une France « enfin forte de ses régions » est-elle en train d’émerger, pour reprendre la belle formule d’Adrien Zeller ?

Trente ans après les premières élections régionales de 1986, le bilan est mitigé. La capacité de régulation des régions françaises est montée en puissance à travers la production d’un large éventail de politiques publiques en matière de développement économique, de formation professionnelle, de construction de lycées, d’aménagement du territoire, de transports ou de recherche. La loi NOTRe du 7 août 2015, en dépit de ses lacunes, va également dans le sens d’un renforcement de l’institution régionale. Et pourtant, la démocratie régionale est encore largement incomplète, pour ne pas dire plus. Même si son histoire est courte, son fonctionnement n’est pas parvenu, jusqu’à présent, à donner une légitimité renforcée aux Régions dans l’architecture politico-institutionnelle. À l’exception de quelques régions « historiques », l’espace régional n’a encore que peu de réalité sociale, culturelle ou médiatique. Cette situation est d’autant plus paradoxale que la France fait figure d’exception dans l’Union européenne, où les principaux États membres ont développé des parlementarismes régionaux actifs qui enrichissent le fonctionnement de la démocratie représentative.
 
Le moment est donc particulièrement bien choisi pour engager une réflexion sur la démocratie et le pouvoir régional car tout laisse à penser que le fait régional est à un tournant en France. C’est tout l’objet de cette journée d’étude. L’objectif est tout d’abord de faire un bilan de trente ans de régionalisation démocratique, en prenant la mesure de la spécificité de la question régionale en France et de la diversité des configurations territoriales qui la composent. Le but est également d’appréhender la réalité du fonctionnement de la démocratie régionale et le rôle des régions dans les reconfigurations socio-économiques provoquées par la globalisation. L’ambition est enfin de dégager des pistes d’évolution pour rendre les politiques régionales plus efficaces et plus participatives.
 
Les propositions de communication attendues interrogeront donc de manière réflexive et prospective la réalité du fait régional en France dans sa dimension institutionnelle et démocratique. Elles peuvent avoir une dimension comparative ou monographique, porter sur un secteur d’action publique ou interroger un imaginaire régional. La journée d’étude se veut pluridisciplinaire : les propositions de politistes, géographes, historiens, juristes, économistes, etc. sont la bienvenue.
 
Les propositions devront être envoyées, par email, aux organisateurs avant le 10 juillet 2016. Chaque présentation comprendra : un titre et une présentation (400 mots maximum) précisant la problématique abordée, les méthodes et données employées, les principales conclusions envisagées. Une courte présentation (statut, institution de rattachement, principales publications et axes de recherche) accompagnera la proposition de communication.

 

Réalisation : Yann Le Sager - Zen At Work/Studio Ricom